GÎTE RURAL DANS LES VOSGES

Construction à ossature bois.

 

Liesey03 (2)

Liesey20_RET_coul2

Liesey32-modif2_RET2

Liesey27_RET2

Liesey09

Liesey04 _ret

Liesey06_ret2

LIEZEY_DET

Z:3_COM20_EMMA BRANTE�0_LIVRE�0_COMMUN�0_COMPILATION_SCHWRT

 

Un volume à la fois familier et étrange, qui semble vouloir glisser sur la pente enneigée. Dépassant le régionalisme, entendu comme l’utilisation d’un ensemble de formes ou de matériaux supposés représentatifs de l’architecture d’une région donnée, ce bâtiment est une interprétation de la tradition paysanne et de l’architecture vernaculaire vosgienne, et développe un processus d’hybridation entre les deux archétypes locaux de la ferme « bien tournée » et de la ferme « mal tournée ».

Cette maison pose la question du local. Elle semble familière, quasiment normale mais possède quelque chose d’inattendu. Familière, car elle empreinte les archétypes des constructions vernaculaires alentours. Etrange car la lecture de ces éléments est déconcertante : la taille et le nombre des fenêtres, le toit est ici à quatre pentes et enfin la modénature traditionnelle (corniche, chéneaux, entourage de fenêtre,….) est réduite à un pli, à une ligne de contact entre deux surfaces. Etrangement familière encore car ses caractéristiques formelles (volumes monolithiques, formes unitaires, matériaux de façade, système de fermeture,…) en fait une parente des constructions préexistantes, déjà-là. Le volume semble posé dans la pente, sans fondations ancrées dans le sol.

La typologie est inspirée de l’architecture vernaculaire de la vallée, et obtenue par hybridation de deux archétypes, les fermes ‘’bien tournées’’ et les fermes ‘’ mal tournées’’. Les fermes originelles, dites ‘’ bien tournées’’ sont enchâssées dans la pente, le faîte disposé perpendiculairement aux courbes de niveaux, la plus grande façade orientée vers la vallée afin de bénéficier du maximum d’ensoleillement. Ne permettant pas d’agrandissement, ce type de construction va être progressivement abandonné au profit de la ferme dite ‘’ mal tournée’’ dont le faîte est parallèle au sens de la vallée, off rant ainsi la possibilité de s’étendre aisément sur les pignons latéraux, et de mieux s’adapter aux contraintes de croissance et de productivité. Le projet développe ainsi quatre façades pignons et une toiture hybride à quatre pans. Inscrivant l’image ambiguë de la nouvelle maison dans le paysage, simultanément parallèle et perpendiculaire à la pente. Du plan rectangulaire est retiré un angle qui oriente la forme est trouble encore la perception de ce volume unitaire.

Un matériau unique revêt l’intérieur de la construction, un panneau de douglas clair, renvoyant à la fois aux panneaux de contreplaqué utilisé sur les chantiers, mais aussi aux intérieurs bourgeois revêtu de bois mouluré. Le plan semble généré par la juxtaposition, l’addition et la compression, comme si deux maisons s’étaient condensées pour former un tout. A la fois simple et complexe, la maison possède le caractère non définitif d’une maquette.

 

  • Maîtrise d’ouvrage : Privée.
  • Maîtrise d’œuvre : Atelier Martel (Laurent Noël).
  • Lieu : Liezey (88).
  • Mission : Complète.
  • Programme : Maison 2ch., 3ch. d’hôtes, réfectoire, dortoir, salle de jeux BBC.
  • Surface (SHAB) : 265 m².
  • Coût travaux (HT) : 350 k€.
  • Calendrier : études 2006-08, chantier 2008-2009.