35 LOGEMENTS INTERMÉDIAIRES

19 maisons et 16 appartements à Homécourt

 

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

35 logements intermédiaires by Atelier Martel | © Yohan Zerdoun Photography

Maquette-site_01B

MMH_DET

 

A4

 

A4

Z:3_COM20_EMMA BRANTE�0_LIVRE�0_COMMUN�0_COMPILATION_SCHWRT

 

Ce projet dense établit une alternance plein/vide de bandes construites et non-construites positionnées perpendiculairement à l’axe principal du quartier. Cette stratégie urbaine est basée sur un besoin bioclimatique et sur la volonté de minimiser les nuisances liées à la route. L’opération se compose de 19 maisons individuelles groupées et 16 logements collectifs, eux-mêmes répartis en 4 petits immeubles en R+3 qui marquent les entrées du nouveau quartier et lui confèrent son échelle particulière, réellement intermédiaire.

La trame urbaine de quatre bandes construites est inspirée des principes de l’urbanisme moderne et des projets de maisons en bande. Chaque bande construite comprend une alternance de cinq maisons avec garage et un petit collectif de quatre logements. Les plans étroits et longs (15,50m/3,60m) permettent de produire un volume bon marché possédant de petites façades sud pouvant être presque entièrement vitrées. Le plan-type de l’unité de base permet de développer une double hauteur dans la pièce à vivre ouverte sur le jardin au sud, et surtout, d’accueillir l’ensemble des typologies individuelles et collectives de l’opération, du T2 au T5.

Dans un budget serré, cette trame unique a offert une souplesse financière pour développer des détails de qualité et des mises au point spécifiques, ce qui est assez rare pour du logement social : grandes baies avec cadres béton préfabriqués incorporant l’occultation, toiture en zinc, double hauteur, claustras et garde-corps préfabriqués en béton blanc, etc.

Cette architecture parvient à réconcilier les concepts de l’architecture moderne classique avec la douceur d’une toiture à double pente revisitant la question de l’archétype. Cette posture donne de l’attractivité au quartier en apportant une image de qualité et de confort tout en développant une esthétique contemporaine.

Ouvert et poreux, le lotissement héliotrope cultive les spécificités et la diversité d’un mode de vie «rurbain», et favorise une sociabilité combinant maison individuelle et espaces collectifs partagés.

La réflexion est étendue aux franges du lotissement, au niveau de ses rapports avec la route et l’espace public, suivant une démarche collaborative associant la municipalité et un artiste.

 

  • Maîtrise d’ouvrage : Meurthe et Moselle Habitat
  • Maîtrise d’oeuvre : atelier martel; Egis bâtiment; CPC économiste
  • Lieu : Homécourt (54)
  • Mission : Complète
  • Programme : 35 logements intermédiaire
  • Surface : 3000 m² (SHON)
  • Coût travaux (HT) : 3,8 M€
  • Calendrier : Etudes 2013-14, chantier 2015-16.
  • Crédits: Yohan Zerdoun Photography