19 LOGEMENTS ET 1 COMMERCE

19 logements et 1 commerce à Paris 17ème

 

AVE clichy couleur

ARTISTE

Z:1_PROJETS139_PARIS-105 AV CLICHY�1_PGR�3_ELVAM_105_DCE _E

 

Layout1

 

Jeux de références et de signes croisant allusions haussmanniennes et bétons dernier cri, les subtiles décalages architecturaux dialoguent avec l’intervention facétieuse et réconfortante de l’artiste Julien Serve.

Immeuble de 19 logements sur 8 niveaux, situé sur un grand axe haussmannien, l’avenue de Clichy, dans le 17eme arrondissement de Paris, le projet remplace une construction faubourienne d’un étage. Les logements sont majoritairement de petite taille (studios et T1), la souplesse du plan permettant ponctuellement de les associer pour réaliser des appartements de plus grande dimension, souvent traversant. Un logement en duplex couronne l’édifice, et une petite maison à deux étages vient se nicher en fond de parcelle.

Si le bâtiment respecte strictement le gabarit-enveloppe réglementaire, l’étroitesse de la parcelle ainsi que les faibles hauteurs des immeubles mitoyens lui confèrent l’image d’une fine tour de 7 étages. La densification de l’avenue aboutira progressivement à la continuité de l’épannelage.  L’architecture de cet immeuble s’inscrit dans un jeu de références et de signes, en écho à une certaine tradition haussmannienne. Ainsi des fenêtres à la française : verticales, mais sans allèges ; et surtout aléatoirement posées tantôt au nu extérieur de la façade, tantôt en retrait, jouant délicatement avec la rigidité de l’expression architecturale. Une autre référence à la constitution de la façade haussmannienne se trouve dans la transcription des blocs en pierre de taille, remplacés ici par de grands caissons en béton fibré teinté dans la masse. De la même manière que chaque pierre de taille présente des variations naturelles de couleur, les teintes des blocs de béton connaîtront de légères variations lors de leur fabrication. Toutefois, allant du gris clair à l’anthracite, leurs tonalités les éloignent d’une lecture littérale de la référence historique, et ancrent clairement le bâtiment dans une temporalité contemporaine.

La Belle Histoire de Julien Serve est un projet d’intervention artistique développé dans les espaces collectifs de l’immeuble. L’oeuvre reprend le principe graphique de 12h00 : Tué par une balle de pelote basque (exposition de Julien Serves à l’atelier martel en 2012), un peu à la manière des panneaux d’information horaires des gares et aéroports. Elle est constituée d’une série de 2013 événements réels de l’Histoire de l’Humanité, gravés dans le verre et rétroéclairés, suivant une longue liste chronologique reprenant jour, mois et année. Ici l’artiste construit sa propre version de l’Histoire de l’humanité sur les deux derniers millénaires à raison d’un événement par année. La « ligne éditoriale » est une vision résolument optimiste et réjouissante de l’Humanité, visant à mettre en avant ses qualités les plus nobles et les plus réconfortantes.

  • Maîtrise d’ouvrage : KZT Promotion
  • Maîtrise d’oeuvre : atelier martel ; kaiser architecte
  • Lieu : Paris 17ème arrondissement
  • Mission : PC modificatif, PRO, Chantier
  • Programme : 19 logements : 12 T1, 6 T2, 1T4, 1 commerce BBC
  • Surface (SHAB) : 900 m²
  • Coût de travaux (HT): 2,4 M€
  • Calendrier : Etudes 2012/2013 – Chantier 2013/2014
  • Collaboration artistique : Julien Serve, La Belle Histoire